Les cent mille chants de Milarépa

Publié le par Maât-Saâhem


Milarépa chanta :

Quand je médite la suprême attitude,
Je reste sans effort au faîte de la vraie nature des choses.
Détendu, je m'établis dans une sphère sans agitation,
Dans la clarté de l'ouverture d'être,
Dans la connaissance de l'état de félicité,
Dans la splendeur éclatante de la non-délibération,
Dans la sérénité face aux multiples manifestations.

Ainsi établi en la nature de l'esprit,
Sans trouver d'obstacles, la compréhension décisive paraît.
Sans effort, la clairvoyance accomplit toutes tâches.
Quel bonheur que ce Fruit qui n'est pas resté simple souhait !
Quel plaisir que d'avoir abandonné les espoirs et les craintes !
Les illusions devenues sagesse ultime, quelle joie !


Ainsi a-t-il chanté.

- Décidément, rien ne sort de votre bouche sinon la langue, reprit le Teunpa. Mêmes excellentes, vos paroles semblent de mauvaises imitations. Parlez-nous donc du Lama qui vous instruit ! 

Le Jetsün répondit :
- Parce que j'ai en mon esprit étudié, les apparences m'ont servi de livres. Si l'on ne s'abstrait pas du monde visible, on reste attaché aux textes. Je reconnais toutes les manifestations comme des projections de l'esprit et celles-ci précisément sont le Lama qui identifie l'esprit à la claire lumière.


"Les cent mille chants" - Milarépa

Publié dans Mantra - Poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nad 18/06/2007 17:20

Tres tres interessant bric a brac agreabl a lirea bientot : )

Maât-Saâhem 18/06/2007 17:40

Bon d'accord alors ! je serai là :0036: à bientôt :0059: