Citations de Confucius

Publié le par Maât-Saâhem



Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu'ils agissent envers vous.

Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu.

Après une faute, ne pas se corriger, c'est la vraie faute.

Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour.

Celui qui plante la vertu ne doit pas oublier de l'arroser souvent.

Celui qui, après avoir commis une faute, ne cherche pas à la corriger, en commet une autre.

Ecoutez beaucoup, afin de diminuer vos doutes; soyez attentif à ce que vous dites, afin de ne rien dire de superflu; alors, vous commettrez rarement des fautes.

Examine si ce que tu promets est juste et possible, car la promesse est une dette.

Il faut que le disciple de la sagesse ait le coeur grand et courageux. Le fardeau est lourd et le voyage est long.

Il faut se garder de trois fautes: parler sans y être invité, ce qui est impertinence; ne pas parler quand on y est invité, ce qui est de la dissimulation; parler sans observer les réactions de l'autre, ce qui est de l'aveuglement.

Il n'est pas nécessaire d'aller vite, le tout est de ne pas s'arrêter.

Je ne veux ni ne rejette rien absolument, mais je consulte toujours les circonstances.

L'homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible; il sait se plier mais pas se courber.

L'énergie des esprits est abondante. On la regarde sans la voir. On l'écoute sans l'entendre. Sa substance et sa forme ne peuvent être perçues. Bien que l'on ne puisse la toucher, elle est manifeste, pareille à l'Océan, et sa réalité ne peut être niée.


Publié dans Sagesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article